Le phénomène de longue traîne, beaucoup de référenceurs en parlent et en vantent les mérites.

Mais de quoi s’agit-il au juste ? Qu’est-ce que cela apporte concrètement ? Et comment travaille-t-on sa longue traîne ?

Nous apportons des réponses à toutes ces questions que vous vous posez !

Qu’est-ce que la longue traîne ?

Pour comprendre en toute simplicité ce qu’est le phénomène de la longue traîne, rien de mieux qu’un exemple illustratif :

Prenons un site de e-commerce spécialisé dans la vente de prêt-à-porter pour toute la famille. Parmi les mots clés les plus génériques de ce site, on trouvera entre autres : « pull homme », « jean femme », « chaussures enfant », etc. En clair, des mots clés très disputés par la concurrence et de surcroît limités en nombre, mais qui laissent néanmoins augurer de nombreuses visites.

A côté de ces mots clés, on trouvera des requêtes bien plus précises comme « pull homme rouge XXL », voire sans équivoque comme « acheter pull homme rouge Adidas XXL ». Chacun de ces mots clés va générer une quantité plutôt négligeable de visites. Alors pourquoi s’en soucier ?

Parce que la somme de toutes ces requêtes va représenter au final un nombre de visites plus élevé que la somme des visites générées par les quelques expressions les plus concurrentielles.

C’est cela que l’on nomme le phénomène de longue traîne. Un phénomène qui trouve une illustration bien connue à travers la courbe présentée ci-dessous.

longue traîne

La longue traîne, est-ce que ça rapporte ?

Se positionner sur les moteurs de recherche sur un mot clé générique, qui plus est dans un secteur concurrentiel, est un travail difficile et de très longue haleine. Ainsi, pour une modeste boutique en ligne qui n’a pas encore beaucoup de positions, s’attaquer d’emblée aux mots clés les plus génériques revient finalement à se lancer directement dans l’ascension de l’Everest sans jamais avoir dépassé le mur d’escalade.

Pour beaucoup de sites, cette stratégie à long terme (l’acquisition de positions sur des mots clés génériques) doit donc être substituée, du moins dans un premier temps, par la stratégie à court et moyen terme qu’est la génération de la longue traîne.

De plus, travailler sa longue traîne, c’est aussi consolider sa présence sur les moteurs. Et donc faire un pas en avant en direction des plus hauts sommets !

D’autant que les visites issues de la longue traîne offrent un taux de conversion plus élevé que dans le cadre d’un mot clé générique. C’est d’ailleurs tout à fait logique dans la mesure où une expression issue de la longue traîne est bien plus précise et donc beaucoup plus à même de correspondre exactement aux attentes de l’internaute qui fait sa recherche.

Car autant les internautes qui tapent « Jean femme » sont nombreux mais souvent indécis, autant ceux qui tapent « Jean diesel femme taille 38 » sont peu nombreux mais ont en tête une idée bien plus précise de ce qu’ils recherchent.

Comment travailler sa longue traîne ?

Si cela s’avère rentable, travailler sa longue traîne demande tout de même un minimum d’implication et la mise en place d’une véritable stratégie

Des efforts qui s’avéreront néanmoins rapidement payants !

Ne pas se focaliser sur un nombre restreint d’expressions clés

Tout miser sur un petit nombre de mots clés, c’est se fermer des portes. Il faut du temps, de la patience et beaucoup de travail pour se positionner sur un mot clé générique.

Cependant, une fois positionné, il n’est même pas certain que la rentabilité soit au rendez-vous. D’autant que ne pas consolider sa présence par le biais de la longue traîne, c’est aussi risquer de perdre beaucoup dans le cas d’une chute de positionnement

Par ailleurs, varier les expressions n’empêchera en rien de travailler les termes génériques, bien au contraire. En effet, ne retrouve-t-on pas « jean femme » dans l’expression « jean femme rouge Levis taille 38 » ?

Tirer parti de ses marques et de ses produits

Les internautes cherchent des marques, qu’ils associent parfois à des tailles, des couleurs ou d’autres informations. Il faut donc optimiser au maximum les fiches produit en soignant leur contenu.

C’est capital dans la mesure où faire l’impasse sur une information complémentaire qui pourrait être ajoutée par l’internaute lors de sa recherche, c’est potentiellement se fermer une porte.

Ne pas lésiner sur le contenu (de qualité)

Le contenu est un facteur déterminant pour la longue traîne. Des contenus de qualité, variés et intéressants pour l’internaute seront toujours un gros avantage pour un site. En négligeant son contenu, il sera difficile d’inclure des mots clés et des informations susceptibles d’être recherchés par les internautes.

La mise en place d’un blog sur une boutique est par exemple une bonne façon d’apporter du contenu complémentaire sans toutefois parasiter le contenu de la boutique.

L’ajout de nouvelles catégories et de sous-catégories peut également aider à organiser une sélection sous de nouvelles thématiques.

Élargir ses horizons

Par définition, il n’est pas possible de prévoir l’ensemble des mots clés générés par la longue traîne, car ceux-ci sont trop nombreux et comportent des configurations différentes. Néanmoins, il est possible de se faire une idée du type de requêtes longues effectuées par les internautes.

Les requêtes dont sont issues les recherches naturelles dans Google Analytics peuvent par exemple offrir de nouvelles perspectives, ainsi que Google Suggest ou des outils spécialisés comme Ubersuggest.

Pour en savoir davantage sur la recherche de mots clés pertinents, n’hésitez pas à consulter notre article qui vous explique comment bien choisir ses mots clés pour le référencement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + seize =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.