Origines des vacances en France

Origines des vacances en France

Les vacances sont accordées non seulement aux étudiants et aux élèves, mais aussi aux salariés des entreprises et à tous ceux qui peuvent arrêter momentanément leur métier pour se reposer. Pour les uns, il s’agit de vacances scolaires, pour les autres de congés annuels. Les vacances sont généralement réparties en deux périodes : l’été, en juillet et août et l’hiver, lors des fêtes de fin d’année.

Histoires des premières vacances en France

Les périodes de repos (hiver) ont toujours alterné, dans les sociétés agraires, avec les périodes d’activité intense (été) ; dans les sociétés anciennes dotées d’un appareil administratif, les périodes de  » repos  » correspondent au temps des moissons et des vendanges, (c’est le cas à Rome pour l’administration judiciaire), permettant que s’unissent les forces au moment le plus actif du travail agricole. En France, les vacances des services judiciaires perpétuent cette habitude et sont clairement définies par acte législatif en 1789, avant qu’un décret les institue, en 1876, aux mois de septembre et d’octobre.

C’est toutefois avec le développement de l’ère industrielle qu’apparaît la notion de vacances. Dès la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, les familles des classes industrielles aisées s’éloignent des villes pendant les mois d’été. C’est à cette époque que voient le jour les stations balnéaires, fréquentées alors uniquement par des privilégiés. L’impératrice Eugénie passe ainsi, dès 1854, l’été à Biarritz, tandis qu’en 1860, le duc de Morny fréquente Deauville.

Cependant, il s’agit davantage de changements de villégiature, dont sont coutumiers les plus privilégiés, que de vacances prises, en contrepartie d’un travail, par une majorité de la population.

Ainsi en France, il faut attendre 1906 pour que tous les salariés bénéficient d’un repos hebdomadaire de 24 heures. Dans les années qui suivent la fin de la Première Guerre mondiale, on évoque le principe de jours de vacances payés par l’employeur aux salariés : les congés payés. À cette époque, seuls les employés de quelques rares entreprises bénéficient de cet avantage, comme les employés du métropolitain parisien, qui, en juillet 1900, ont obtenu un congé payé de 10 jours consécutifs par an. Le 9 juin 1936, le gouvernement du Front populaire dépose à la Chambre des députés, un projet de loi en vue de l’instauration de congés payés. Le 20 juin 1936, cette loi est votée : désormais, tous les salariés de France ont droit à un congé annuel de 15 jours consécutifs. La même année, l’Allemagne, la Belgique, la Grande-Bretagne et la Norvège adoptent des mesures similaires. Pour accueillir les nouveaux  » vacanciers « , sont créées différentes infrastructures sociales. À l’instigation de collectivités locales, d’organismes d’État ou d’associations diverses, on voit apparaître des centres d’hébergement, des colonies de vacances, etc.

En 1955, la régie Renault porte la durée des congés payés à 18 jours ouvrables, une mesure qui sera étendue à tous les salariés en 1956. Cette même année, les employés de l’entreprise Marcel Dassault obtiennent 4 semaines de congés payés. Cette disposition se généralisera par des conventions sectorielles avant que ne soit votée, en 1969, une loi accordant ces 4 semaines à tous les travailleurs français. En 1982, le législateur fixe à 30 jours la durée des congés payés. Enfin, en 1984, le congé annuel est porté à cinq semaines.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze − 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.